Dictionnaire amoureux
du journalisme par July Serge

Auteur du 68e volume de la collection des dictionnaires amoureux, Serge July fut, de sa fondation en 1973 jusqu’en 2006, le rédacteur en chef inamovible du quotidien Libération. Et ce sont les passions, les combats, les analyses, les admirations forcément sélectives et subjectives de Serge July, que le dictionnaire propose.

A ouvrir au hasard, à picorer, à déguster et savourer : rien d’austère dans l’abécédaire de July, qui nous conduit de « A bas le journalisme » à « Emile Zola », en passant par « Robot, Bidonnage, Hérodote, Françoise Giroud, Tintin, Oscar Wilde » ou « Quatrième pouvoir ».

On y découvre avec étonnement, à la lettre A comme « Ancêtres », que les historiens disposent du journal des débats du sénat romain, gravé sur pierre ou métal ou encore recopié sur papyrus ou parchemin et ce, depuis le « règne » de Jules César jusqu’en 222 de notre ère. On y apprend avec consternation, à la lettre B comme « Bidonnage », que même Woodward, l’un des héros du Watergate, s’était laissé berner par la propagande présidentielle concernant les soi-disant armes de destruction massive de Saddam Hussein.

La dimension historique est très présente dans l’ouvrage de Serge July qui fut, tout au long de ces quarante dernières années, l’un des acteurs importants de la scène médiatique. Et, d’une entrée à l’autre, l’auteur propose d’intéressantes réflexions sur l’évolution de la société française ou sur l’histoire de ses médias.

Par exemple, à la lettre M comme « Multimédia », Serge July se demande pourquoi autant de grands groupes médiatiques français (Prouvost, Hersant, Vivendi Hachette Lagardère) ont fini par imploser. Aux Etats-Unis, fait-il remarquer, l’ajustement multimédia s’est fait au sein de groupes qui les pratiquaient tous. En France, pays où la culture multimédia fait cruellement défaut, ce réglage entre médias s’est fait dans une ignorance absolue des uns des autres.

A la lettre P comme « Populisme », l’auteur souligne que « la France a inventé la monarchie absolue, l’empire absolu, le jacobinisme absolu, la république absolue, le gaullisme absolu. Son histoire ne conçoit l’autorité que circulant à sens unique, du sommet à la base. C’est la raison pour laquelle la France est en décalage dans un monde où les décisions se partagent, où il y a des contre-pouvoirs, où la société civile joue un rôle, en symbiose avec la technologie du réseau. « Il y a urgence, conclut Serge July, à changer la culture de l’autorité en France ».

Et pourquoi ne pas terminer avec quelques définitions citées par July à l’enseigne d’« A bas le journalisme » : le journal, cite-il, « une institution incapable de faire la différence entre un accident de bicyclette et un effondrement de civilisation » (Georges Bernard Shaw) ; « une grande catapulte mise en mouvement pour de petites haines (Honoré de Balzac) ; « Le journalisme : par essence fugitif, superficiel et comestible » (Françoise Giroud).

Quant à l’auteur, à la lettre S comme « Serge July », il écrit : « Nous avons accouché, après l’explosion de 1968, d’un quotidien – Libération – qui a incarné une vision libertaire, en rupture avec la culture hiérarchique, normative et centralisatrice française. Et j’ai fait, avec ce journal, le plus beau métier du monde ».

Eliane Ballif – Mars 2015

Éditions PLON


Genre: Livres de journalistes
Thèmes: Médias
3 décembre 2015

Les publications du CFJM

Le CFJM dispose de nombreuses publications à l'intention des journalistes et des publics professionnels.

Les publications du CFJM

La documentation du CFJM

La documentation du CFJM regorge d'ouvrages théoriques et pratiques utiles à tous ceux qui s'intéressent à l'information.

La documentation du CFJM

La revue critique du CFJM

Les professionnels qui assurent les formations du CFJM publient régulièrement des travaux, fruit de leur expérience et de leur réflexion.

La revue critique du CFJM

La newsletter du CFJM

Avec notre newsletter, restez informés sur l'actualité du CFJM – formations, conférences, publications… – et du secteur des médias.

La newsletter du CFJM
© CFJM – Réalisation : Patrick LENORMAND